Le cube Heavy-Metal
(Le kube, la batte à clans)

Mars 2017




Avant-propos :

- Aucune information ne sera donnée sur la localisation du site.
- Je ne souhaite pas faire d’échange de lieux.
- Ceci n'est pas un site de photographies mais d'explorations.

***

Cette salle de concert n'aura vécu que peu de temps. Construite mi 1990, elle ferme 5 ans plus tard, faute de subventions accordées par la nouvelle municipalité d'extrême droite.
Son architecte, qui jouit d'une notoriété internationale, est connu pour des réalisations en Europe et en Asie mais son nom n'aura pas suffit à maintenir ce lieu en état, qui est donc abandonné depuis presque 30 ans !

Perdu au milieu de paysages dignes du Colorado, l'accès est on ne peut plus simple, tout est ouvert, et malheureusement aussi, très dégradé.

J'arrive en début d'après-midi pour effectuer cette visite conjointement avec Amélie et Bruno. Le paysage est vraiment insolite, avec ces boues rouges qui s'étendent en plein maquis.



Ce cube, posé là, est très intriguant. Il a un aspect futuriste et en même temps assez rétro, à tel point que l'on pourrait se croire dans un film steam-punk.
Un palmier métallique, dont les feuilles sont repliées, accueillait jadis les amateurs de rock. Face à cet arbre, dans ma tête raisonne le remix Metal de Green Hill, le premier niveau de Sonic sur Megadrive, Game Gear et Master System. C'est un fait, depuis tout petit, un palmier me fait penser à Sonic, découvert en 1991 avec sa sortie sur Game Gear. Il en sera de même jusqu'à ma mort.





Les traits brutalistes de la structure apportent des lignes assez agréables à l’œil en dépit de ce béton et métal omniprésent.



Après une entrée pas bien compliquée, nous arrivons dans la très grande salle, attaquée par les graffeurs et autres pilleurs. Il reste tout de même un motif Orangina au mur. Parait-il qu'il y en avait deux et qu'un aurait été revendu par un urbexeur peu scrupuleux. Vous excuserez le grain de malade sur les photos de l'intérieur. Mais j'ai pris la décision d'acheter un vrai appareil photo, d'ici quelques semaines.



La cage d’ascenseur a disparu mais entendons du bruit et redescendons vers la salle principale...









...lorsque nous tombons nez à nez avec un gardien ! Aussi fou que cela puisse paraître, il y a bien un gardien dans ce lieu. Très sympathique et gentil comme tout, il semble un peu interloqué par notre présence mais nous dit être très habitué. Nous n'opposons bien entendu pas de résistance. Chose amusante, nous avons tenté un autre site quelques minutes après et nous avons croisé le même gardien ! Toujours aussi marrant, il nous dit surveiller ceux qui font des "cochonneries". Il est ainsi payé pour surveiller les lieux abandonnés de la ville, toute la journée.

 

Pour finir, voici quelques clichés postés sur le site de l'architecte, afin de voir le lieu tel qu'il était lors de ses heures de gloires :







***

Retour à la page d’accueil